Ma Photo

novembre 2021

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
Blog powered by Typepad
Membre depuis 02/2006

« Une dissuasion européenne ? | Accueil | Avion transatlantique »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Jacques Heurtault

Il s'agit de JEAN-CLAUDE Trichet et non de Michel ...
Pour permettre la réorientation du rôle de la BCE, il faut que le Traité Constitutionnel soit ratifié : c'est un préalable juridique! Tant pis pour ceux qui, à gauche, vont devoir manger leur chapeau ...

catherine

Bonjour Pierre,

Je ne partage pas totalement votre analyse, notamment sur la BCE. Ses déclarations me semblent d'ailleurs encore plus graves si elles étaient lues et non improvisées.
Le fait que F.Hollande ait du corriger le tir est révélateur, il y avait transgression des règles ( cf mon article de ce matin). Et la contestation euro fort/BCE est bien la marque d'une différence française que l'on ne retrouve pas (ou très peu) dans les autres pays européens. La plupart réussissent mieux que la France avec les mêmes règles européennes, encore un mal français! En ce qui concerne l'Italie la contestation anti-euro est circonscrite dans les milieux berlusconniens et souverainistes du nord, pas chez Prodi, qui souvenons-nous avait lutté pour que l'Italie fasse partie de l'euro, lorsqu'il était président du conseil la première fois.

Cordialement,

Catherine

Pierre Bayle

Merci à Jacques pour m'avoir signalé l'erreur de prénom. J'ai aussitôt rectifié la note. Pour lui et pour Catherine : ce n'est pas simplement une affaire de mécanisme institutionnel, c'est la constation qu'une politique monétaire ne peut remplacer une politique économique, industrielle ET sociale. Le problème de la parité Euro/Dollar n'est pas une lubie franchouillarde, ni limité à la Ligue lombarde, il est vécu par l'ensemble des milieux industriels italiens, français, allemands et espagnols. Les industriels britanniques n'ont pas ce problème, puisqu'ils ont encore la Livre...

Jacques Heurtault

Pierre a raison. On ne peut pas laisser les monétaristes faire la pluie et le beau temps. Autant il faut combattre la mortelle tentation de laisser filer la monnaie pour dégager de la souplesse "politique" (parce qu'il y a un violent retour de baton au bout du cycle), autant il faut qu'une politique économique coordonnée au niveau européen puisse être conduite afin que la nécessaire économie de marché ne devienne pas une société de marché où TOUT est uniquement régulé par la monnaie.
Or, la gauche anti-libérale n'a jamais voulu admettre que pour pouvoir infléchir la fonction de la BCE, il fallait que le TCE soit d'abord adopté ...afin que la plupart des décisions qui se prennent actuellement à l'unanimité puissent l'être, après cette adoption, à la majorité qualifiée, y compris certaines modifications mineures de la partie III du traité ...
Que Ségolène Royal ne commette pas l'erreur de dire, que tout compte fait, ce sont les nonistes qui ont raison! Je me verrai CONTRAINT de l'éliminer de mon trio (Bayrou, Ségo, Sarko) sélectionné (je voterai nécessairement pour un porteur du OUI).
Faites le lui savoir, Pierre!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.