Ma Photo

novembre 2021

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
Blog powered by Typepad
Membre depuis 02/2006

« Liban : le vide organisé | Accueil | Désert et des sciences »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Nadine

Bonsoir Pierre,

Me voilà de retour pour quelques jours, et je viens de te parcourir.
Pour les Belges, leur hymne national commence ainsi :

"Pays d'honneur O Belgique, O Patrie, ..."

Je viens de passer par là et je peux t'assurer que les Belges, dans leur grande majorité, ne se reconnaissent pas à travers cette "crise" qui est animée par qui et pourquoi.
"Certains prennent le pouvoir grâce à des alliances perverses" (puisque ces mêmes politiques s'en défendent bien pendant les campagnes). Mais c'est pareil chez nous.
Pourtant aujourd'hui, ils percoivent la situation comme grave et s'interrogent sur les tenants et aboutissants de manoeuvres pernicieuses qui pourraient bien ne pas être si bien matrisées que ça.

J'ai noté au passage que la classe politique en général en ressort méprisée et désavouée.

Pierre Bayle

Bonsoir Nadine, welcome back !
Je poursuis ta comparaison : "c'est pareil chez nous". Peut-être as-tu raison sur les politiques qui souvent lancent des manoeuvres dont le contrôle leur échappe. Je crois aussi qu'il y a, dans nos deux pays, des signes inquiétants d'une incapacité à vivre ensemble entre communautés différentes, qu'elles se distinguent par la langue, l'origine ou le niveau social. Dans la lutte des classes, il y avait encore une hiérarchie, même intrinsèquement injuste, mais ceux du bas aspiraient à rejoindre la position de ceux d'en haut (pardon de caricaturer). Dans la lutte des communautés qui lui a succédé, il n'y a plus qu'une juxtaposition des antagonismes, sans articulation ni dépassement possible. On ne s'en sortira qu'en revenant aux valeurs de civisme, de responsabilité et de générosité.

Nadine

J'adhère totalement à ta façon de penser. Ce qui m'inquiète beaucoup plus, c'est cette levée de sabres pour "hurler" sa différence, quelle qu'elle soit.

C'est à ce niveau là que je me demande si la situation va être maîtrisée.

Et l'Humanité dans tout ça ?
Pourtant le monde évolue, même si on aimerait que tout aille plus vite, sans spasmes et sans séismes.

Contente de te retrouver Pierre.

Pierre Bayle

Heureusement pour l'Humanité, elle est composée pour moitié de femmes. Et si les hommes font les guerres, ce sont les mères et les épouses qui font la paix. La crainte que tu m'évoques dans un autre commentaire sur un prochain conflit ou une grande catastrophe est statisquement fondée, mais je pense qu'il ne faut pas attendre cette redoutable éventualité pour chercher des solutions de coexistence et de convivialité. On a du boulot, Nadine !

Lantenois

Quelle déception, cette utilisation de l'identité en tant que facteur de division et d'exclusion ! Ex Yougoslavie, ex URSS, je n'ose pas évoquer la situation de la Chine... faudrait-il dire ex Belgique ? j'ai connu, (parfois travaillé) en tout cas, partagé et vécu des "histoires humaines" auprès d'hommes et femmes remarquables, les fêtes, les événements de la vie qui ramenaient à l'essentiel, qui rassemblaient .... sans distinction de races, religions, opinions... En tant qu'ethnologue, j'ai parfois peur du silence de nos "chercheurs et scientifiques en sciences humaines" et je pense à la récupération facile d'une certaine idéologie, d'une certaine pensée.... dont par pudeur, je préfère taire le nom....Croire en l'homme oui, oui et mille fois oui mais en l'aidant à combattre ses démons!

Pierre Bayle

Oui Catherine, le danger du communautarisme et de l'éclatement des identités nationales est bien là, et il est inquiétant pas seulement pour la survie des Etats-nations, mais pour le respect démocratique de "l'autre" et de l'égalité de tous (sans parler de la fraternité, toujours oubliée). Les théories ethniques sur la supériorité de telle race ou l'infériorité de telle autre reviennent, c'est consternant.
Maintenant, il est vrai que dans la création de ces Etats-nations à peu près stabilisée avec les deux guerres mondiales d'origine européenne, la carte du monde a été figée en 1945 avec le dogme de "l'intangibilité des frontières" comme garant de la stabilité internationale. Mais ce dogme a sacrifié un certain nombre de nations dépourvues d'Etat. La création d'Israël en 1948 a ouvert la boîte de Pandore, et aujourd'hui un certain nombre de grandes communautés nationales mais inter-étatiques aspire à une telle création : les Palestiniens, les Arméniens, les Kurdes mais aussi les Albanais, les Hutus, demain les Zaghawas... Il faut un vrai mécanisme de médiation internationale pour éviter les drames du Proche-Orient, de la Yougoslavie, de l'Afrique...

Nadine

Est ce que vous savez qu'à Bruxelles, capitale de la Belgique, capitale de l'Europe, les pompiers en mission d'urgence, sont tenus de respecter le code de la route comme tout un chacun. En effet, ils doivent respecter les limitations de vitesses (30, 50, 70 km/h), les feux tricolores, les STOP ou balises de pertes de priorité, priorité aux piétons, faute de quoi ils sont verbalisés. Amendes et retraits de permis. Et ça ne rigole pas hein !

Histoire belge ? Non !! Véridique.
Quand l'administration veut se faire "crétine" elle y réussit fort bien.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)