Ma Photo

novembre 2021

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
Blog powered by Typepad
Membre depuis 02/2006

« Les chars jouets (5) | Accueil | Le courage de Paul Tibbets »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Eve

Bonjour Pierre,

Reste le problème
— d'une part de cautionner un traité qui n'est pas un "mini-traité" mais le même, présenté autrement
— d'autre part, de laisser sans réaction un déni de démocratie : il y a eu referendum et la réponse a été NON !

Eve

Pierre Bayle

Bonjour Eve,
Le référendum sur la Constitution européenne a vu se cristalliser en une majorité négative tous les mécontentements à Jacques Chirac, bien au-delà de la question posée (combien d'électeurs avaient vraiment lu le projet de Constitution soumis aux voix ?) Nous avons payé collectivement la dérive de la 5e république dans laquelle le référendum, contrairement à la plupart des autres démocraties, sert aussi de référendum de soutien au président en place. De Gaulle en avait fait les frais, et peu de gens se souviennent encore de l'objet réel du référendum qu'il avait perdu en 1969 (c'était la réforme du Sénat...). Donc le débat reste largement ouvert et l'important maintenant c'est de ne pas laisser la France en dehors d'une construction européenne qui risque sinon de reprendre sans elle.

Eve

Cher Pierre,

Quelles que soient les raisons qui ont présidé au NON du referendum, il me paraît très grave de ne pas en tenir compte.
Je ne partage pas ton analyse quant aux raison de ce NON ; les gens se sont, pour une fois, remarquablement informés. Il y avait beauoup de monde dans les réunions où l'on expliquait le traité.

Si le referendum, en France, est conçu comme un soutien au président en place, comme tu le dis, la faute à qui ?

Mais quoi qu'il en soit, même si ce referendum a pâti d'un défaut d'information claire (et si tel est le cas, les politiques en sont complètement responsables), on ne peut pas faire comme s'il n'avait pas eu lieu.
Cela serait une marque de mépris pour les citoyens, une façon de les traiter d'irresponsables,et il faudra, un jour ou l'autre, en payer le prix.

Sommes-nous en démocratie ou en démagogie ? On ne peut pas demander l'opnion des citoyens et n'en tenir compte que quand elle va dans le sens qui convient aux politiques. De Gaulle s'est incliné devant le choix des Français même s'il l'a déploré.
Sans compter qu'il y a mensonge puisque de l'aveu même de Giscard d'Estaing, le traité dit "simplifié" est rigoureusement le même que celui qui a été soumis à referendum.

S'il est important que ce traité soit ratifié alors il faut expliquer, démontrer et soumettre à un nouveau referendum. C'est ce que Ségolène Royal voulait faire.

Procéder autrement, je le répète, est un déni de démocratie et c'est très grave. Si nous l'accepton une fois, il ne faudra pas se plaindre de ce que cela devienne la règle et je crois que le PS a beaucoup à perdre à ne pas se faire le champion de la démocratie.

Je suis persuadée que nous prenons un risque majeur pour nous tous à procéder par le mépris et le mensonge.

Eve

Pierre Bayle

Chère Eve,
Je ne vais pas te répondre sur le fond car je n'ai pas la prétention d'avoir le dernier mot, et que nous sommes tous les deux de bonne foi. J'entends tes arguments, j'espère que tu entends les miens. C'est de toute façon un sujet qui nous occupera encore longtemps, et heureusement ! Amitiés,
Pierre

Eve

Bien cher Pierre,

Puisque peu t'importe d'avoir le dernier mot, je me permets un ultime commentaire sur le sujet :
— oui, nous sommes, j'en suis sûre, de bonne foi tous les deux,
— oui, j'entends tes arguments,
mais je ne peux néanmoins m'empêcher d'avoir l'impression que tu "bottes en touche", fort habilement, je le reconnais.

Toujours amicalement à toi,

Eve

Jacques Heurtault

Il tombe sous le sens qu'on ne va pas permettre une fois de plus aux réactionnaires et conservateurs de tout poil de répondre à une question qui ne leur est pas posée!
N'importe quel imbécile est capable de comprendre que s'il y a un réferendum, ce sera pour ou contre Sarkozy. Ce traité est un indiscutable progrès COMPARATIVEMENT à la situation actuelle (traité de Nice!). Donc il faut être pour ...

Pierre Bayle

C'est effectivement le problème. Si Ségolène avait été élue présidente et qu'elle avait proposé un nouveau référendum sur la constitution européenne, comment aurait-elle pu empêcher que ce référendum ne soit pas pris en otage par ses partisans comme par ses adversaires pour en faire un énième référendum-plébiscite ? C'est une disposition constitutionnelle que nous maîtrisons mal. D'où l'intérêt d'instaurer le référendum d'initiative populaire, qui banaliserait la procédure référendaire et permettrait, peut-être, d'éviter son détournement par le pouvoir en place, quel qu'il soit. C'est donc effectivement une justification de la position actuelle du PS, qui suppose un certain courage politique au vu des commentaires de démission qu'elle a suscités.

Nadine

Je pense que la "complication européenne" est tellement inextricable qu'un referendum aurait été très mal à propos. Les électeurs n'ont pas ou plus les compétences requises pour "décider" de la suite à donner.

Je n'imagine pas un seul instant que les dirigeants politiques européens concernés directement par le Traité nous disent la vérité, toute la vérité.
C'est probablement difficile à révéler .... et extrêmement complexe à gérer pour les responsables.

Si referendum il y avait eu, il m'apparaît clair qu'un pur règlement de comptes gauche/droite en était le seul moteur.

Pierre Bayle

Tu constateras avec moi, Nadine, que la nouvelle polémique sur le sujet est alimentée par des gens qui ne savent même pas de quels textes on discute. Sauf Fabius, je le reconnais même si je ne partage pas son anti-européisme primaire. Mais comme on le disait il y a quelques temps, le problème de la Ve République c'est qu'elle a fait du référendum un instrument d'approbation du régime en place, le rendant ainsi inutilisable.

Nadine

Bien entendu Pierre.
Pourtant le referendum originel sur le TCE ne m'avait pas laissé, à l'époque, cette impression de vide.
J'ai aussi entendu Fabius s'exprimer sur le sujet et, bien qu'il ne m'a jamais apparu être de "Gauche" (faut pas rigoler tout de même), j'adhérais assez à son analyse.
Note que je me demande si les clivages gauche/droite veulent encore dire quelque chose aujourd'hui.
Il est en train de se créer de nouvelles forces, de nouveaux découpages. J'espère que la planète ne sera pas de nouveau secouée par un séisme qui fera un mal considérable, mais qui calmera tout le monde. La folie est assez présente...

Pierre Bayle

Ouïlle, pas d'accord ! Le clivage droite/gauche ne définit plus le choix ou le refus de l'Europe, c'est vrai, mais à part cette dimension je pense qu'il est plus profond que jamais : en tous cas les valeurs de droite se portent bien, la doctrine libérale la plus classique est érigée en vertu suprême, et l'approche communautariste importée des Etats-Unis m'inquiète aussi. Si les découpages qui pourraient susciter un séisme mondial sont "le choc des civilisations", j'aimerais autant que nous puissions faire l'économie de ce dramatique retour au Moyen-Âge et aux Croisades !

Nadine

Excuse-moi Pierre, je me suis mal exprimée.
Quand j'écris que "je me demande si les clivages gauche/droite veulent encore dire quelque chose"..., je pense précisément aux représentants ou responsables de formations politiques qui se font élire ou qui sont élus, mais qui ne représentent pas du tout le courant d'idées qu'ils prétendent défendre.
Les électeurs ne sont pas tous dupes et savent en temps opportun, sanctionner
ces "camouflages", quand bien même la classe politique a prévu la sauvegarde.

D'autre part, est ce que les Politiques restent encore leur libre arbitre ?

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)