Ma Photo

novembre 2021

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
Blog powered by Typepad
Membre depuis 02/2006

« Chirac : tristement choquant | Accueil | Une Belgique pour l'Europe »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Libanzine

L’élection présidentielle n’est qu’une étape nécessaire, mais pas suffisante à la restauration d’un climat convivial entre toutes les parties libanaises. Malgré l’internationalisation de l’échéance, la solution de l’entente ne peut venir que des libanais engagés à restaurer une formule d’entente et de bonne conduite collective. Peu importe le nom du prochain président de la République, puisqu’il sera doté du pouvoir que veulent bien lui concéder les différents leaders politiques. Depuis Taëf, le chef de l’Etat n’a plus les moyens pour s’imposer aux autres. Les termes « président de consensus », « président fort » ou « président faible » ne seront que le reflet de l’évolution des volontés politiques de l’après élection.

Pierre Bayle

Bonjour Niko, merci de me faire découvrir www.libanzine.info, je le trouve bien fait et y découvre des liens tout aussi intéressants. J'espère que ce n'est pas un mélange explosif comme Li-benzine, mais je le trouve assez ouvert et anticonformiste à mon goût. Sur le commentaire, on peut sans prendre de risque constater que le système électoral libanais a vécu bien au-delà de sa date de péremption, entre un président élu par quelques dizaines de parlementaires et ces derniers prolongés au-delà de leurs mandats respectifs sans possibilité de réélection ouverte. J'ai aimé la notion de "vide organisé" proposée par Issa Goraieb mais je ne partage pas forcément son appréhension surn une future sous-représentation des chrétiens libanais, simplement à cause de l'absence d'un président de la répubique. La fonction d'un président n'est pas simplement de représenter une communauté, mais un pays. Et depuis quand les Libanais n'ont-ils plus eu l'occasion, au-delà des découpages communautaires qui ne correspondent pas forcément à la réalité actuelle, de se prononcer sur de vrais choix politiques ? Au jeu de la légitimité démocratique, qui n'est pas celle des chefs de clans, il n'y a plus beaucoup de leaders politiques réellement crédibles.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)