Ma Photo

novembre 2021

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
Blog powered by Typepad
Membre depuis 02/2006

« Ali Baba et les 40 voilures | Accueil | Motion confidentielle au PS »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Éric Vincent

Bonjour. Heureux de voir une critique de ce film intéressant qui est passé relativement inaperçu (au Canada en tous cas). D'arriver à faire ressortir la dimension positive d'un personnage aussi controversé que Gengis Khan, c'est un tour de force. Cependant, je crois bon de préciser un ou deux faits sur l'histoire mongole. La principale source historique sur la vie de Temudjin avant qu'il ne devienne Gengis Khan est « L'Histoire secrète des Mongoles », écrite par un lettré mongol du XIIIe siècle. Disons que le film se permet certaines libertés, telle que sa mansuétude envers son frère de sang qui l'a trahi (Jamuhka): « L'Histoire secrète (...) » nous dit qu'il le fit mourir en lui empilant des blocs de pierre sur la poitrine, afin de ne pas faire couler le sang et ainsi permettre à son âme de revenir le hanter... Et les archers à pied, les guerriers primitifs, c'est sans doute dû à des contraintes concrètes: depuis l'antiquité, la tactique militaire des nomades d'Eurasie centrale est basé sur l'archer à cheval. Gengis Khan innova dans sa capacité à organiser et à discipliner un peuple en armes habitué aux guerres tribales. Il ne faudrait pas oublier qu'en Mongolie Gengis Khan est encore et toujours le plus grand héros national; qu'ils embellissent le portrait n'a rien d'étonnant.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.