Ma Photo

juillet 2022

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
Blog powered by Typepad
Membre depuis 02/2006

« Encore une année passée | Accueil | Cuba, la mentirita »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Michel Dauzat

Classique mais étonnant : chacun voit midi à sa porte !
Pour certains, l’échec patent du communisme et de ses avatars est une validation du capitalisme…Cela suppose, entre autres, que l’on considère le capitalisme comme un système. Nombreux sont ceux qui parlent du « système capitaliste » alors que, me semble-t-il, le capitalisme est fondamentalement l’absence de système. Il repose tout simplement sur la motivation individuelle de possession et de puissance, et ne peut être considéré comme système que si sont mises en place des règles qui limitent et dirigent, peu ou prou, les effets de cet individualisme.
On parle aussi du capitalisme à l’œuvre dans la création de richesses. C’est tout aussi simpliste, car, d’une part, les richesses ne sont réellement créées que par le travail – généralement accompli par les « prolétaires », d’autre part les jeux financiers dont on mesure actuellement les abus ne sont générateurs que de transferts et non de créations de richesse. Quant à l’actionnariat, qu’il soit familial ou public, il y a bien longtemps qu’il a perdu de vue les dividendes qui devaient constituer l’essentiel de la rémunération de l’investissement en capital pour lorgner (à très courte vue) sur les plus-values.
Un tel « système » qui n’en est pas un se montre, une fois de plus, capable de détruire plus de richesses qu’il n’en a jamais créé.
En outre, cette diatribe anti-socialiste fait abstraction, une fois de plus, de la dimension sociale et éthique du problème actuel. L’auteur sait-il comment on peut faire vivre dignement une famille, lui offrir une nourriture saine, payer les études des enfants, accéder à la culture… avec 1500 € par mois, alors que l’idée que le SMIC puisse atteindre ce montant lui paraît extravagante ?
Comment peut-il imaginer que les « masses laborieuses » adhèrent à son point de vue lorsque les inégalités s’accroissent d’année en année, tandis que les « grands patrons » défraient la chronique par l’indécence de leur rémunération contrastant avec leur irresponsabilité patente lorsque leur navire coule ? Certes, les exemples que décrivent les médias ne sont pas parfaitement représentatifs, mais ce sont eux qui alimentent l’opinion.
Il n’est pas d’autre moyen de reconstituer une société fonctionnelle que de rétablir la confiance et le respect mutuel… sans quoi on en restera à « la lutte des classes » dont on connaît les résultats !
Bonne Année 2009, malgré tout. Puissent la raison, la modestie, la lucidité l'emporter !
Amicalement

Pierre Bayle

Merci Michel. Je suis d'accord sur la perte de repères, mais je reste étonné par l'ignorance - ou la méconnaissance - de ceux qui croient défendre le capitalisme en pronant des valeurs "pré-capitalistes" comme dans le cas de cet édito : car c'est bien le dépassement du capitalisme patrimonial et familial par un système permettant une majeure accumulation de capital à travers le recours aux épargnants sur le marché des valeurs qui a permis la révolution industrielle, mieux que n'importe quel système étatique.
Si l'épargne industrielle a été dévoyée par la spéculation financière (la dictature de l'EBIT), sa logique n'a pas encore de susbstitut. Il faut simplement une régulation du marché par une autorité externe, le plus souvent politique, et ce dosage est trop subtil pour satisfaire les idéologues, qu'ils soient anti-capitalistes ou archéo-capitalistes. Mais comme plus personne n'a lu Marx, Friedmann ni surtout Keynes, le débat est tombé bien bas... Cordialement !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)